• André Lacasse

Les cinq risques de la retraite

Allez-vous profiter d’une retraite comme celles qu’on voit dans ces pubs à la télé où deux jeunes retraités heureux marchent main dans la main dans un endroit idyllique? Ou allez-vous vivre de l’anxiété ne sachant pas si vous en aurez assez?


Peu importe comment vous vous êtes préparés, le scénario idéal est évidemment celui que vous voulez. Pouvez-vous y arriver?


Car même en révisant votre plan de retraite (encore faut-il en avoir un!) à tous les ans avec l’aide d’un planificateur financier, rien n’est encore gagné.


Récemment, j'ai rencontré une cliente qui a travaillé toute sa vie dans le réseau de la santé. Certes, son fonds de pension, le Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP) ainsi que les rentes de la PSV et du RRQ lui donnent un bon filet de sécurité, mais à 59 ans, il est bien tard pour se demander si elle est en mesure de prendre sa retraite dès maintenant!


Risques de la retraite

En effet, de nombreuses questions ont dû être abordées comme l'assurance de la RAMQ, la coordination du RREGOP avec le versement de la rente du Régime de rentes du Québec (RRQ) à 65 ans, les coûts d’hébergement, le désir éventuel de continuer à travailler à temps partiel, etc.


En fait, on ne réalise pas qu’il est possible que l’on vive aussi longtemps après sa retraite… que la durée de toute sa vie active, ce qui nécessite donc une bonne planification! Par conséquent, même si vous profitez d’un régime de retraite et possédez des REER et des CELI, il est prudent de réfléchir aux cinq grands risques financiers liés à la retraite.


Vivre très longtemps


Selon l’Institut de la statistique du Québec, en 2020, l’espérance de vie est de 84 ans pour les femmes et de 80,6 ans pour les hommes. Aussi, lorsque je prépare une planification de retraite avec mes clients, l’hypothèse la plus difficile à déterminer est justement la date de fin. Car bien évidemment, vivre jusqu’à 95 ans nécessitera de plus grandes économies que si l’on décède à 70 ans.


Les planificateurs financiers ont l’habitude d’utiliser comme hypothèse la probabilité de survie à 25%. Ceci veut dire que si vous êtes une femme de 60 ans, la probabilité que vous atteignez 96 ans est de 25%. Mais si vous avez 45 ans, on utilisera comme date de fin, 97 ans.

Ce ne sont que des statistiques et elles ne tiennent pas compte des habitudes de vie ou de l’hérédité, alors c’est loin d’être précis.


L’inflation


Qui se souvient qu’il fallait débourser à peine 42 cents pour acheter un timbre il y a 20 ans? Ou que le litre d’essence a déjà coûté moins de 35 cents le litre? Tenir compte de l’inflation lorsque vient le temps de prévoir les revenus de retraite est primordial et ce, même si vous avez la chance de bénéficier d’un régime de retraite indexé.


Admettons que l’inflation soit de 2% par année : sur un an ou deux, cela ne semble pas démesuré. En revanche, au bout de 30 ans passés à la retraite, tout coûtera 81% plus cher à cause de l’effet composé !


Les coûts liés à la santé


Même avec une assurance de soins longue durée ou une assurance maladie grave, personne ne peut prédire s’il restera longtemps en bonne santé. En 2016, les 10 provinces et 3 territoires canadiens ont dépensé collectivement 233 milliards de dollars en soins de santé.

Combien cela coûtera-t-il dans 10, 20 ou 30 ans ? Et qui devra payer?


La composition du portefeuille de placements


Quel est votre rendement sur vos REER ou vos CELI? Sur une longue période, cela peut faire toute une différence sur le pouvoir d’achat à la retraite.


Voyons l’écart entre une cotisation au CELI de 500$ par mois pendant 30 ans à un taux de rendement de 2% et de 6%.


Dans le premier cas, vous aurez accumulé 246 037$ et dans le deuxième, 489 628$. Assurez-vous toutefois de prendre au sérieux le questionnaire sur votre profil d’investisseur que votre planificateur financier vous proposera de compléter. Cela permettra d’identifier les placements qui vous conviennent.


Le plan de décaissement


Durant ma carrière, j’ai vu des retraités trop dépenser en début de retraite pour ensuite se voir obligés de se chercher un emploi à temps partiel pour parvenir à joindre les deux bouts. Et qu'en est-il des objectifs divergents dans le couple? À l'inverse, j’ai également vu des retraités se priver de petits plaisirs et finalement décéder en laissant derrière eux un gros héritage…


En tenant compte de quelques hypothèses, il est pourtant possible d’estimer pendant combien de temps les REER et les CELI aideront à augmenter les revenus de retraite. Il faut faire les bons calculs, mais surtout, planifier.


Alors, compte tenu de tous ces facteurs relativement imprévisibles, quelle est la meilleure attitude à adopter? Tout simplement agir, idéalement le plus tôt possible, et trouver avec l’aide de votre conseiller des stratégies adaptées à votre situation. Chaque cas est spécifique, ce qui fait que les solutions le seront également.


On ne peut pas se prémunir totalement des grands risques reliés de la retraite, mais il y a heureusement des solutions pour les réduire.


Vous vous sentez interpellé par ce sujet? Je vous encourage à contacter un planificateur financier de votre région.