top of page
  • André Lacasse

La rente du RRQ va-t-elle vous aider à la retraite?

En mars 2023, le gouvernement du Québec a annoncé quelques modifications au régime des rentes du Québec (RRQ) qui ont pour but d’encourager les Québécois de 65 ans et plus à rester sur le marché du travail.


Ces changements, en vigueur à partir du 1er janvier 2024, donneront un coup de pouce financier aux retraités. Mais avant de voir comment ils affecteront les revenus à la retraite, voyons d’où vient ce régime et quel rôle il peut jouer dans votre planification financière de la retraite.



L’histoire de la rente du RRQ


Au milieu des années 60, le gouvernement du Québec a créé un tout nouveau régime de pension pour aider les Québécois à bénéficier d’un revenu décent à la retraite. Le principe était simple : avec une cotisation partagée également entre employeur et employé, une rente correspondant à 25% d’un montant fixé d’avance serait payée entre l’âge de la retraite et le décès.

Ce montant correspond à la moyenne des cinq dernières années du « montant des gains admissible » (MGA), lequel est ajusté à chaque année (66 600$ en 2023).


La rente maximale à 65 ans est actuellement de 15 678$.


Rente du RRQ

Comment est financée la rente RRQ?


En 1966, on comptait 8,4 travailleurs qui cotisaient pour chaque retraité. Par conséquent, le financement du programme se faisait aisément. Mais avec le vieillissement de la population, combien y aura-t-il de travailleurs pour financer le régime dans 20 ou 30 ans?


Heureusement, pour éviter que les coffres soient vides lorsque les prochaines générations prendront leur retraite, le gouvernement a mis en place des mesures visant à assurer la pérennité du programme. Ainsi, en 2023, le taux de cotisation atteint maintenant 10,8% du MGA pour le régime de base et de 2% pour le nouveau régime supplémentaire pour un total de 12,8%. À titre de comparaison, il n’était que de 7,8% en l’an 2000.


Autrement dit, si vous êtes salarié, vous devez en payer la moitié soit 6,4% mais si vous êtes à votre compte, vous devez également débourser la part de l’employeur donc, 12,8%. Le calcul en dollars se fait ainsi : 66 600$ (MGA) – 3 500$ (exemption de base) = 63 100$ X 6,4% = 4 038.40$.


Vous comprendrez qu’il ne faut pas voir cela comme une dépense mais bien comme un investissement à long terme! Car au bout du compte, c’est vous qui en bénéficierez.



À quel montant aurez-vous droit?


Retraite Québec rappelle que le montant maximal de la rente à 65 ans est de 15 678$. Or, seulement 1% des femmes et 6,1% des hommes reçoivent cette somme.


Qu’en sera-t-il pour vous? La seule façon d’avoir une projection est de demander votre relevé de participation à Retraite Québec en cliquant ici. Mais rappelez-vous que vous n’obtiendrez qu’une estimation et que les revenus que vous gagnerez d’ici à votre retraite auront un impact significatif sur la rente que vous percevrez.


En effet, Retraite Québec utilise une formule qui tient compte de plusieurs éléments pour déterminer votre rente, notamment :


- La période cotisable : elle correspond à la différence entre l’âge où vous commencez à recevoir votre rente et l’âge de 18 ans. Par exemple, si vous la prenez à 65 ans, la période cotisable sera de 47 ans.


- Déduction de certains mois : Les mois où vos revenus de travail, jusqu’à concurrence de 15%, étaient les plus faibles sont exclus. Ceci aura pour effet d’augmenter la moyenne mensuelle des revenus et donc de bonifier la rente.


- Autres déductions : si vous êtes resté à la maison pendant un congé parental et que l’enfant avait moins de 7 ans, si avez reçu des prestations d’invalidité de la RRQ ou de la CNESST, certains mois dont les revenus étaient nuls pourraient aussi être déduits.



La valeur d’une rente de retraite indexée


La rente versée par le RRQ est indexée à l’inflation et augmente chaque année. Ainsi, le taux d’augmentation a été de 6,50%, en 2023. Et c’est tant mieux! Car quand j’accepte un mandat en planification financière de la retraite, je suis toujours étonné de constater à quel point les gens ne réalisent pas l’impact de l’inflation sur leur pouvoir d’achat. Saviez-vous qu’un bien qui coûte 1 000$ aujourd’hui en coûtera 1 485$ dans 20 ans, si on évalue le taux d’inflation à 2%? Le fait de pouvoir bénéficier d’un revenu de retraite indexé vaut donc son pesant d’or.


N'oubliez pas que la rente de votre Fonds enregistré de revenu de retraite (FEER) que vous recevrez n'est pas indexé automatiquement; tout dépend du rendement que vous obtiendrez.



À quel âge demander la rente du RRQ?


En tant que planificateur financier, je suis conscient que mes conseils peuvent avoir un impact significatif sur les revenus futurs. Toutefois, je lis souvent des textes où l’on recommande de la prendre plus tôt ou plus tard, mais sans jamais expliquer les raisons pour lesquelles on devrait le faire.


La rente peut être bonifiée de 8,4% par année après 65 ans (0,7% par mois de report). Cela représente 42% de plus cinq ans plus tard. Intéressant? Oui mais ce n’est pas tout le monde qui pourra en profiter.


Dans certains cas, il est préférable de la prendre à 60 ans, dans d’autres, à n’importe quel âge jusqu’à 72 ans. Mais attention, avant l’âge de 65 ans, une réduction de la rente de 7,2% par année s’applique, jusqu’à un maximum de 36%. Et cette pénalité s’appliquera tout au long de votre vie!


Néanmoins, aucune formule ne peut s’appliquer à tous. Pour y voir clair, une vérification auprès de Retraite Québec est essentielle. Mais encore faut-il savoir quoi leur demander!


Voici deux questions à poser, si vous êtes en réflexion sur la date à laquelle demander votre rente du RRQ :


- Quel montant recevrais-je si je prends ma retraite (pour chaque année entre 60 et 72 ans) si je continue à travailler?

- Quel montant percevrais-je si je prends ma retraite (pour chaque année entre 60 et 72 ans) si j’arrête de travailler?


La distinction entre ces deux questions est importante compte tenu de la méthode de calcul.



Améliorations de janvier 2019


Malgré les avantages que procure le régime, force est d’admettre qu’une rente correspondant à 25% du MGA, actuellement de 66 600$, ne permettra pas de financer votre retraite, même si on rajoute à cela la Pension de sécurité de vieillesse (PSV) du gouvernement fédéral dont le maximum atteint maintenant 8 383,20$ de 65 à 74 ans et 9 221.52$ après par année. Vous devrez donc prévoir d’autres sources de revenus.


Le problème est que bien souvent, malgré leurs efforts, nombreux sont ceux qui peinent à cotiser à leur REER ou à leur CELI pour bonifier leurs revenus de retraite.


Voilà pourquoi un régime supplémentaire, qui est implanté progressivement, est en vigueur depuis le 1er janvier 2019. Les principales mesures sont les suivantes :


- Augmentation progressive du taux de remplacement du revenu, lequel passera de 25% à 33% du MGA.

- Un nouveau MGA, appelé maximum supplémentaire des gains admissibles (MSGA) correspondra à 114% du MGA actuel.


Mais pour profiter de ces nouvelles mesures, il faut avoir cotisé. Autrement dit, si vous avez 18 ans aujourd’hui, vous y aurez droit. En revanche si vous prenez votre retraite d’ici quelques années, l’impact sur votre rente sera négligeable.


Améliorations au RRQ en vigueur le 1er janvier 2024


Si vous recevez déjà votre rente du RRQ et que vous souhaitez retourner sur le marché du travail, vous devez aussi cotiser à raison de 6,4% de votre revenu jusqu’à concurrence du MGA (66 600$) moins l’exemption de base de 3 500$.


En d’autres mots, si vous gagnez 13 500$ à temps partiel à l’âge de 65 ans, vous devez payer 640$ au RRQ.


S’il est vrai qu’une légère bonification est prévue, bien des retraités aimeraient plutôt recevoir ce montant dans leurs poches. Dès le 1er janvier 2024, les retraités d’au moins 65 ans pourront demander d’arrêter les cotisations, ce qui éviterait cette situation. Et à 72 ans, les cotisations arrêteront automatiquement.


La deuxième modification importante est la possibilité de reporter à 72 ans votre rente. Cela ouvre une porte intéressante pour se protéger contre le risque de longévité. En effet, la rente continuera d’être bonifiée si vous reportez votre demande.


Il est généralement avantageux de reporter sa rente le plus tard possible mais pas toujours. Avant de prendre une décision il est essentiel d’effectuer sa planification de retraite.


Un troisième changement, passé inaperçu, est que si vous n’avez pas encore demandé votre rente après 65 ans et que vos revenus de travail sont faibles, ceux-ci ne pourront plus baisser la moyenne des gains utilisés pour le calcul. Il s’agit d’une importante modification qui affectait négativement certains retraités qui travaillaient à temps partiel.


Pour conclure, la rente du RRQ constitue une part importante de votre plan de retraite. En revanche, avant de décider s’il est dans votre intérêt de la demander dès 60 ans ou plus tard, consultez un planificateur financier. Il pourra non seulement vous proposer un exercice de planification de retraite mais aussi vous éclairer sur les différentes options qui s’offrent à vous.


Comments


bottom of page